Loading...

Bien que l’Afrique contribue peu à l’accumulation mondiale de gaz à effet de serre responsable du changement climatique, la région souffrira probablement plus que d’autres régions de ses conséquences dans les domaines de la santé publique et du développement. Selon l’OMS, environ 250 000 décès supplémentaires chaque année en raison de la hausse des températures de la mer et du sol se produiront dans le monde entre 2030 et 2050, les enfants africains de moins de cinq ans étant parmi les plus vulnérables. Le paludisme, la dengue, la maladie du sommeil et d’autres maladies infectieuses prévalent sur le sous-continent et sont très sensibles aux changements de la température. La plupart des gouvernements manquent d’infrastructures et de ressources sanitaires pour faire face à une flambée des maladies cardiovasculaires et respiratoires non transmissibles et à une malnutrition accrue chez les populations à risque, comme les femmes, les enfants et les migrants, en raison des récoltes moins abondantes causées par la chaleur et la sécheresse.
Conscients de la menace, les 50 pays de la région ont ratifié l’Accord de Paris de 2016 s’engageant à des objectifs spécifiques de réduction des émissions autour de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques de 1997. Cependant, l’exécution autour des engagements de l’Accord sera difficile pour les gouvernements africains sans l’expertise technique et le financement de l’ONU, du G-7 et d’autres donateurs d’aide.

Au cours de cette session, les panélistes examineront les données actuelles sur l’état de la maladie, l’épidémiologie, le bien-être social et les impacts démographiques du changement climatique en Afrique et recommanderont des initiatives pour combler les lacunes en matière d’éducation/information/ plaidoyer pour gérer le défi.

Les intervenants principaux seront :

Pr. Anthony Nyong, BAD, Côte d’Ivoire

Dr Sokhna Thiam, Institut de Recherche en Santé, de Surveillance épidémiologique

Pr. De Jager Tiaan, Doyen Faculté de Médecine, Université de Pretoria, Afrique du Sud

Pr Nafissatou Touré Badiane, Chef service pneumologie, Sénégal

Modérateurs :

Pr. Abdoulaye Samb, UCAD
Pr. Ousman Nyan, University of Banjul

Président :

Dr Antoine Faye

Leave a comment